samedi 19 juin 2021

Narcisse Furois, un élève qui aimait sa patrie



Récemment, ces Glanures vous ont présenté un dossier sur Ernest Roy, un élève du Petit séminaire de Québec et poète, qui est mort noyé accidentellement à Saint-Michel-de-Bellechasse, en août 1916, alors qu'il n'avait que 17 ans. Dans ce même dossier se trouve un extrait d'un volume paru en 1944, Les vendredis de l'oncle Gaspard, qui rappelle les succès scolaires du jeune Ernest, de même que les exploits académiques de son camarade de classe, Narcisse Furois. Les deux se trouvaient constamment en tête des examens et concours au Petit séminaire de Québec. Pour prendre connaissance de cette « glanure », qui, par l'extrait du livre de « l'oncle Gaspard » qu'elle contient, permet notamment de mieux saisir la figure de Narcisse Furois dont il est fait état ci-dessous, cliquer sur cette image: 


Né en 1892 à La Durantaye, comté de Bellechasse, d'Hildevert Furois, cultivateur qui fut aussi le premier maire de la municipalité, et d'Émilie Morisset, Narcisse Furois était doté de qualités intellectuelles admirées de tous ceux et celles qui l'ont côtoyé. Tout au long de son parcours académique, que ce soit à l'École normale, au Petit Séminaire de Québec où à la Faculté de Droit de l'Université Laval qu'il fréquenta durant deux ans, le jeune Furois était l'un des étudiants les plus appréciés de ses camarades et professeurs. Ceux-ci, pour encourager un élève studieux, avaient pris l'habitude de lui dire : « Vous avez l'étoffe d'un Furois ! »

Hildevert Furois (1864-1925)
Cultivateur et premier maire de
La Durantaye, il était le père de
Narcisse Furois.

(Source : Au fil des ans, vol. 22 no 4, automne 2010,
revue de la Société d'histoire de Bellechasse)

Mais Narcisse Furois n'était pas qu'intellectuellement doué. Il était aussi bon et généreux, et pas prétentieux pour deux sous. On a en effet dit de lui que « son bon cœur, autant que son talent, restera proverbial ». À l'instar de son ami Ernest Roy, sa compagnie était recherchée de tous, et il était impliqué dans diverses associations patriotiques, littéraires et sociales. 

Narcisse Furois (1892-1919)

Mais, tout comme pour Ernest Roy, la vie de Narcisse devait prendre fin beaucoup trop prématurément et de manière tragique. Le 12 juillet 1919, soit trois ans après la mort d'Ernest, un banal accident d'automobile lui coûta la vie, la voiture dans laquelle il était passager ayant dérapé à la sortie de son village natal de La Durantaye, tout près de la voie ferrée. Le chemin était boueux, et au volant était le curé-fondateur de la paroisse de La Durantaye, l'abbé Léon Larochelle, qui conduisait Narcisse à Saint-Michel-de-Bellechasse, donc tout près, pour lui présenter sa nièce. De plus, sur la scène même de la tragédie avait eu lieu, à peine deux jours plus tôt, un autre accident ayant cette fois coûté la vie à deux personnes dont la voiture fut frappée par un train. 

Narcisse avait 26 ans. Cette perte fut lourdement ressentie par sa famille, certes, mais également par ses confrères d'études et ses professeurs. 

Mais le fils de cultivateur qu'était Narcisse Furois ne fut pas remarqué seulement pour sa vive intelligence et sa vaste culture : tout aussi remarquable était son amour pour la patrie de ses ancêtres, un amour nourri par une connaissance approfondie de l'histoire du peuple issu de Nouvelle-France. D'ailleurs, en 1915, il se vit décerner un prix d'Histoire du Canada par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. 

En 1916 parut un ouvrage fort célébré de l'abbé et historien Lionel Groulx, Les Rapaillages, qui expose plusieurs traits de la vie rurale que connurent la plupart de nos familles ancestrales. Le jeune Narcisse Furois lut avidement ce livre et en fut profondément ému. N'écoutant que son cœur, l'élève du Séminaire de Québec prit la plume et adressa à Lionel Groulx une lettre qui toucha celui-ci au point de l'inciter à en inclure quelques lignes dans ses Mémoires, qui paraîtront plus d'un demi-siècle plus tard. Voici l'extrait où Groulx mentionne la lettre du jeune Furois : 

Extrait du tome 1 des Mémoires de Lionel Groulx, p. 350.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)


Cette lettre de Narcisse Furois à Lionel Groulx n'a, à notre connaissance, jamais été publiée dans son intégralité. Cette lacune est désormais corrigée, puisque la voici, ci-dessous, exhumée des oubliettes et rendue accessible à nous, compatriotes de Narcisse Furois de qui un peu plus d'un siècle nous sépare. 

Nous avons certes pu voir ladite lettre furtivement mentionnée dans certains livres parus après la prétendue « révolution tranquille », sans toutefois qu'elle soit citée, ne fut-ce que brièvement, par des auteurs qui semblent avoir été effarouchés, sinon courroucés par le peu d'engouement dont Narcisse Furois y fait preuve envers les manies et dogmes du modernisme à tout crin qui, dès son époque, propageait ses méfaits et ravages, et qui, depuis maintenant un bon demi-siècle, est devenu lourdement hégémonique au Québec comme partout dans le monde. 

2020 : la modernité québécoise dans toute sa splendeur. Nul doute que Narcisse
Furois aurait été profondément d'accord avec le propos que, moins d'un an après
 sa mort, Henri d'Arles livrait dans une conférence à Montréal.

(Cliquer sur l'image pour l'élargir)

Les adeptes et zélateurs du modernisme qui seraient tentés de ricaner ou de lever le nez sur les valeurs patriotiques et spirituelles auxquelles adhérait Narcisse Furois et dont est profondément imprégnée sa lettre à Lionel Groulx, auraient intérêt à méditer, s'ils le peuvent, les mots aussi percutants que bouleversants que, la veille de sa disparition en vol, Antoine de Saint-Exupéry écrivait à un ami général. On constatera ainsi que tant le brillant mais inconnu étudiant canadien-français de 1916 que l'illustre écrivain français de 1944 étaient, chacun à sa façon, conscients du fait que la modernité, c'est surtout l'enlaidissement du monde, l'étouffement de la vie de l'esprit, l'éradication des identités et cultures nationales par l'uniformisation marchande, et qu'en tout cela elle est profondément détestable, et ce, quoiqu'en disent ses grands prêtres et ses masses de dévots indifférenciés. (Cliquer sur la photo de Saint-Exupéry pour lire son écrit ultime) : 




Enfin, il est impossible de ne pas constater la qualité, tout à fait stupéfiante aux yeux de notre temps, de l'écriture d'un tout jeune homme tel Narcisse Furois dans cette lettre dont certains passages sont émouvants de beauté. Ce fils de cultivateur, il est bon de se le rappeler, était un produit de nos séminaires et collèges d'une époque que, dans la foulée de la ci-haut mentionnée « révolution tranquille », plus d'un songe-creux et ignare, diplômé ou non, qualifie de « grande noirceur ». En tout cas, si nos écoles étatisées des années 2020, que d'aucuns célèbrent en se pétant les bretelles comme s'il s'agissait d'une « Merveille du monde », savaient produire ne serait-ce que quelques dizaines de Narcisse Furois, au lieu de produire 50 % d'analphabètes et beaucoup plus encore d'incultes par surcroît dénationalisés, nous n'aurions plus aucune raison de nous inquiéter pour l'avenir de la langue française au Québec, ni pour celui de notre nationalité. Or, de plus en plus de gens éclairés se rendent compte du risque bien réel de disparition qui pèse de nos jours sur le peuple issu de Nouvelle-France, et ce dans un avenir beaucoup plus proche que ce qui était concevable il n'y a encore pas si longtemps.

Puissent l'esprit, le génie et les valeurs de Narcisse Furois en toucher et inspirer plusieurs. Notre nationalité en a bien besoin, elle qui est pas mal malmenée par les temps qui courent, et ce, en bonne partie par notre propre faute...

Sous sa lettre à Lionel Groulx présentée ci-dessous se trouve également un dossier sur Narcisse Furois, de même que sur les circonstances de son décès tragique.


Lettre de Narcisse Furois 
à Lionel Groulx : 

Les Rapaillages, ouvrage de Lionel Groulx
et sujet de la lettre de Narcisse Furois ci-
dessous présentée. Pour se procurer le 
livre en librairie, cliquer ICI. Pour le
télécharger gratuitement, cliquer ICI.


Québec, le 11 décembre 1916

Monsieur l'abbé Lionel Groulx
Montréal.

Monsieur l'abbé, 

Peut-être qu'en avisant la modeste signature qui s'allonge au bas de ces feuillets, jugerez-vous de minime importance le témoignage d'un collégien inexpérimenté. Je ne prétends pas ajouter à votre réputation, déjà solidement établie (n'en déplaise à votre modestie), un nouveau titre à l'éloge de vos compatriotes. Je n'ai pas, du reste, l'autorité suffisante, humble blanc-bec que je suis, pour formuler un jugement définitif sur les savoureux Rapaillages

Quoi qu'il en soit, ― est-ce témérité de ma part ?  j'espère que vous saurez distinguer dans ce concert laudatif qui s'élève de tous les coins du pays, la voix frêle et timide de la jeunesse étudiante et que vous accueillerez favorablement, au milieu de ces concerts d'approbations, l'apport désintéressé de la gente écolière. Jeunes nous sommes : voilà ce qui nous recommande à votre attention et peut expliquer une démarche aussi osée......

Est-ce que je m'abuse ? Mais il me semble que les jeunes ont pris beaucoup d'intérêt à la lecture de votre ouvrage. Tous ceux qui ont dans le coeur un amour sincère pour les choses de chez nous ― et ils sont nombreux ― ont éprouvé, en lisant ces récits dans lesquels circule un large souffle de vie canadienne, une bien vive jouissance. Ils ont apprécié ces petits tableaux allègrement brossés, d'une saisissante réalité. Personne n'est resté indifférent aux scènes touchantes que vous évoquez avec tant de poésie et de sincérité. 

Et pour mon humble part, je ne cacherai pas l'émotion que j'ai ressentie au contact de ces pages toutes embaumées du parfum du sol natal. Elles dégageaient une senteur du terroir, des bonnes herbes de chez nous. J'avais l'illusion de revivre en les dégustant quelques-unes de mes plus belles heures de jeunesse au temps où « la Grise nous amenait à l'école », où nous mangions, en vrais gourmets, les succulents petits pains, où nous tombions de vertige en foulant l'herbe écartante, où nous rentrions gaiment le dernier voyage. Moi aussi, j'ai vu des grands-mères qui « jonglent, sourient, pleurent, prient et dorment quelquefois en tricotant », moi aussi j'ai vu se balancer sous le bleu ciel canadien « le panache hautain des grands érables verts » ! Et c'est pourquoi je prends un plaisir extrême à ces souvenirs émouvants, un peu comme le fabuliste exultait de joie au récit de Peau d'âne

Croyez-moi, vous avez accompli une œuvre digne et louable en ressuscitant dans leur cadre les vieilles figures d'autrefois, en rappelant à notre mémoire, souvent trop labile, les traditions séculaires qui ont fait notre peuple grand et fort, ces mâles vertus, génératrices d'héroïsme, ces coutumes respectables qu'un snobisme béat voudrait à jamais proscrire de nos foyers. Il était à-propos d'opposer aux doctrines des ultra-modernisants un poétique et franc retour aux choses du passé, une véritable rénovation de nos mœurs simples et robustes. Depuis longtemps, les Canadiens se laissent envahir par le débordement de la vie américaine saturée de matérialisme et d'amour du lucre. Il fallait quelqu'un pour lancer le cri d'alarme et corriger la marche enveloppante du Modern-Style. À côté de notre vie fiévreuse, souvent prosaïque, à côté ou plutôt en marge de notre siècle de mercantilisme effréné et de spéculations acharnées, vous avez agréablement reconstitué l'existence paisible et modeste de nos illustres aïeux. 

Aujourd'hui plus que jamais, il est opportun de renouer les liens qui nous rattachent au passé. Tandis que nos ennemis, dans leur farouche antipathie du nom français, veulent extirper de nos lèvres le verbe gaulois et s'acharnent à dénigrer l'œuvre colonisatrice de nos ancêtres, n'importe-t-il pas de retremper nos âmes aux sources vives du passé, de nous appliquer à garder intact le dépôt sacré de nos traditions ?

J'entends encore la France s'écrier : « L'avenir est fait du passé ». Semblables au géant mythologique dont les forces redoublaient chaque fois qu'il touchait le sol, nous n'aurons de valeur qu'en nous appuyant sur le passé, en développant l'héritage ancestral et en continuant l'effort séculaire. Du fond des âges, le passé inspire, commande et dicte le présent, prépare et domine l'avenir. 

Et ainsi vous nous avez donné ― d'une manière d'autant plus belle que plus simple ― un admirable cours d'histoire du Canada. Sans doute les héros dont vous tracez le portrait ne sont pas ces défenseurs éloquents de nos droits, ces champions invincibles de l'arène parlementaire, mais ce sont d'humbles paysans qui, par leur courageuse ténacité, ont jeté les fondements solides de notre édifice national. Comme il est beau de voir défiler cette galerie de héros obscurs aux mœurs rustiques, à l'âme franche et loyale comme une épée, au cœur noble et vaillant comme un croisé ! Ne leur marchandons pas notre admiration à ces pionniers inconnus, voués, il est vrai, à l'oubli le plus glorieux mais dignes cependant d'aller rejoindre dans l'histoire les Dollard, les d'Iberville, les Salaberry, « ces héros d'une Iliade qu'Homère n'inventerait pas ». 

Et ces braves femmes canadiennes ?...... Qui dira leur zèle inlassable, leurs sacrifices généreusement acceptés, leurs labeurs incessants ? Ah ! Mlle de Verchères n'était pas une chevaleresque exception au milieu d'elles...... Sont-ce des mégères qui forment et pétrissent des héros ?

Je vous sais donc gré d'avoir consacré votre talent au service des idées canadiennes. Oh ! vous pourriez peut-être m'objecter que votre intention n'était pas de réagir expressément contre le courant de la vie moderne. Je n'ai pas à déceler ici le mobile de vos actions. Malgré tout, vous ne sauriez contester que votre livre ne prêchât l'attachement au sol, l'amour de la terre natale. Et c'est déjà beaucoup. 

Si tous les déserteurs des campagnes pouvaient lire les Rapaillages, comme ils réaliseraient l'étendue de leur erreur, comme ils retourneraient à la terre invitante et féconde pour empoigner de nouveau les mancherons de la charrue et esquisser dans l'espace illimité des champs le « geste auguste du semeur » ! Et peut-être alors y aurait-il moins de ces déracinés qu'un flot impétueux charrie tous les ans de la plaine vers les grands centres où ils vont grossir le nombre des déclassés. Peut-être les transfuges du sol auraient-ils la nostalgie des Rapaillages

Je voudrais que votre petit livre enseignât toutes ces vérités à nos compatriotes. Assurément, c'est beaucoup demander à un petit livre.... Mais le poète latin n'a-t-il pas dit : « Habent sua fata libelli » (traduction : « Les livres ont leur propre destinée ») ? Et il me fait plaisir de constater que la destinée des Rapaillages s'ouvre sous de brillants auspices. 

Enfin, je ne saurais mieux résumer ma pensée sur votre ouvrage qu'en répétant les propres paroles par lesquelles vous définissez les Rapaillages agrestes : « Et dans ce foin des rapaillages, que de gentilles choses il y a ! Il y a les herbes de senteur, du baume, du thé des bois, du trèfle d'odeurs, de la fougère. Et tous ces parfums secoués par la faux (il faudrait dire ici par la plume) vous montent délicieusement à la figure.......»

Oui, dans les Rapaillages il y a tout cela. Ah ! qu'il ferait bon quelquefois dans la vie trouver encore quelque bout de rapaillages à faucher (c'est-à-dire à lire).....

Tels sont mes sentiments sur cette mosaïque de croquis champêtres que sont les Rapaillages. Je vous prie d'y voir autre chose qu'une vaine déclamation ou qu'un engouement passager et sans fondement. 

Ai-je été importun de formuler mon opinion avec une audace presque téméraire ? Je vous en demande sincèrement pardon et j'espère que vous me l'accorderez pour l'amour..... oui, pour l'amour des Rapaillages

Veuillez agréer, Monsieur l'abbé, mes plus chaleureuses félicitations, en même temps que l'expression non équivoque de ma haute considération.

Votre humble serviteur, 



Pour voir le manuscrit de la lettre 
de Narcisse Furois à Lionel Groulx,
cliquer sur cette image :  


Classe de Rhétorique du Petit séminaire de Québec, année scolaire 1914-1915.
Ernest Roy en était le président, Narcisse Furois le secrétaire. Ils sont tous deux
identifiés sur la photo. 

(Source : Musée de la civilisation du Québec ; archives du Séminaire de Québec.
Cliquer sur l'image pour l'élargir) 

Officiers de la classe 1914-1915 de la classe de Rhétorique du Petit
Séminaire de Québec, au parc du domaine de Maizerets. Ce cliché
date de 1915. Dans l'ordre, de gauche à droite : Narcisse Furois
secrétaire ; Ernest Royprésident ; l'abbé Camille Roy, professeur
de Rhétorique et 
pilier important du développement et de la promotion
de la 
littérature canadienne-française ; David Robitaille, vice-président ; 
Georges Grégoire, assistant-secrétaire.


(Source : Musée de la civilisation du Québec ; fonds d'archives du Séminaire de Québec.
Cliquer sur l'image pour l'élargir)

On trouve une première trace de Narcisse Furois 
dans les journaux de l'époque  dans cet article
du quotidien Le Canada du 17 octobre 1907,
alors qu'il avait environ 14 ans. On y parle de
l'adresse qu'il a prononcée à l'occasion de 
l'anniversaire de son père, un cultivateur qui
fut notamment maire de La Durantaye.

(Source : BANQ ; cliquer 
sur l'image pour l'élargir)

À la lecture de sa lettre ci-haut adressée à Lionel Groulx, on ne 
sera pas surpris d'apprendre que Narcisse Furois fut, en 1915, 
lauréat pour le Petit séminaire de Québec du Prix d'histoire du
Canada attribué par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, 
tel qu'annoncé dans cette liste parue dans le numéro de juin 1915
du Petit canadien, organe officiel de la SSJB-M.

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Narcisse Furois était impliqué dans diverses associations
patriotiques et sociales de la jeunesse, dont l'Association
du Parlement modèle, comme l'indique cet entrefilet
paru dans La Presse du 10 octobre 1917.

(Source : BANQ ; cliquer sur
l'image pour l'élargir)

Narcisse Furois et son ami Ernest Roy étaient parmi les meilleurs
élèves du Petit séminaire de Québec, lequel était rattaché à 
l'Université Laval. En 1916, la distribution des prix de fin
d'année scolaire des deux institutions avait eu lieu durant
une même cérémonie. On constate que les deux compères
s'y sont distingués. Moins de 2 mois plus tard, Ernest Roy
mourait noyé à Saint-Michel-de-Bellechasse. 

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Le Soleil, 14 juillet 1919

Le Peuple (Montmagny), 18 juillet 1919.

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

L'accident d'automobile fatal dans lequel, le 12 juillet 1919, Narcisse Furois
perdit la vie eut lieu dans ce secteur de la route 281, à l'entrée du village de
La Durantaye, près de la voie ferrée. Selon des membres de la famille, la
voiture venait tout juste de sortir du village de la Durantaye et se dirigeait
vers Saint-Michel-de-Bellechasse.

(Photo : Daniel Laprès, juin 2021 ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Le Soleil, 16 juillet 1919.

(Source : BANQ ; cliquer sur l'image pour l'élargir)

Carte mortuaire de Narcisse Furois.

(Source : Musée de la civilisation du Québec ; 
archives du Séminaire de Québec)


Monument funéraire de la famille de Narcisse Furois
au cimetière de La Durantaye.

(Photo : Daniel Laprès ; 5 juin 2021 ;
cliquer sur l'image pour l'élargir)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire